Créagora : une architecture d'avant-garde au service de l'innovation sociale

Creagora l'extérieur du batiment

Créagora : une architecture d'avant-garde au service de l'innovation sociale

La Mutualité chrétienne a inauguré en avril un nouveau bâtiment, Créagora, sur les hauteurs de Namur, à Champion. Cette infrastructure, dont le nom résulte de la contraction de Création et Agora, regroupe plusieurs services de la Mutualité pour en faire un lieu de partage consacré à l’innovation sociale. Un projet auquel a été associée la société Lamelec qui a posé de nombreux équipements de Legrand, notamment pour sécuriser le bâtiment.

Parfaitement visible depuis la E411, Créagora se profile comme une balise sur les hauteurs de Namur. Avec son volume singulier, la construction exploite judicieusement la topographie en offrant différents accès au niveau du sol. Le bâtiment est plus bas du côté de la rue et s’ouvre largement sur la campagne de l’autre côté. Au vu de sa surface, il aurait pu être très massif. Mais les bureaux d’architecture Atelier d’Architecture et Atelier 4D lui ont donné un design remarquable. Il possède un aspect très organique, comme s’il ne faisait qu’un avec l’environnement. Il dégage une impression de légèreté grâce au bardage de façade en zinc qui le recouvre comme une peau fine.

Outre une empreinte écologique réduite au maximum, ce nouveau bâtiment entend favoriser les échanges formels et informels entre les occupants en prévoyant des grands plateaux, des salles de réunion, des salles de coworking et de formation… Le tout est relié par un axe central convivial et spectaculaire. La mutualité chrétienne a trouvé l’espace idéal pour développer les échanges et l’innovation sociale.

Creagora trap

« Nous avons sécurisé l’approvisionnement électrique du bâtiment. »

Didier Lamaire

Finalité sociale

C’est dans cet écrin que la société d’installations électriques Lamelec a opéré. « Nous avons travaillé pour le compte de l’entreprise générale qui s’est chargée de la construction du bâtiment », se souvient Didier Lamaire, administrateur délégué de cette entreprise de 45 personnes qu’il gère avec son fils Olivier. Pour décrocher le contrat, il fallait d’abord signer une charte qui s’inscrivait dans de la finalité sociale du bâtiment. « Nous devions en effet nous engager à faire travailler des personnes en voie de réinsertion professionnelle », explique l’installateur. « Nous avons donc collaboré avec une organisation spécialisée pour confier au moins 10% des heures du chantier à cette main-d’oeuvre. »

Colonnes d'alimentation

La société Lamelec a d’abord réalisé tous les tableaux électriques et leur arborescence (deux tableaux par niveau). « La distribution du courant et des données aux postes de travail est assurée par des colonnes et par des blocs multiprises », raconte Olivier Lamaire. « Chaque bureau est ainsi desservi en préservant l’esthétique de l’aménagement des locaux. » Lamelec a également rélisé la distribution des courants forts et faibles au moyen de chemins de câbles P31 et de goulottes DLP.

« Pour aller plus loin, nous devons analyser les besoins du client et lui proposer la meilleur solution. »

Dominique Brisbois

Du courant en continu

Lamelec s’est aussi occupé de garantir l’approvisionnement en courant électrique du bâtiment. Ainsi, précise Olivier Lamaire, on retrouve dans les caves, aux côtés du TGBT de la gamme XL3 4000, un UPS Keor T de 60 kVA. « Une installation imposante constituée d’une série de batteries capables de prendre le relais instantanément en cas de coupure de courant. » Il faut savoir que le bâtiment héberge notamment un centre d’appels de la mutualité qui ne peut souffrir d’aucune interruption dans son fonctionnement. Les affiliés de la mutuelle doivent obtenir des réponses à leurs questions qui concernent souvent des problèmes personnels.

Toujours dans le domaine de la sécurisation du bâtiment, Lamelec a encore posé de l’éclairage de sécurité URA One et toute la vidéophonie BTicino pour contrôler les accès au bâtiment. Enfin, pour des raisons d’économies d’énergie, des détecteurs de présence ont été installés et permettent de couper la lumière automatiquement dans les différents espaces.

Un chantier de grande ampleur

Le chantier de Créagora a été lancé en août 2015 et le bâtiment était inauguré en avril 2018. Une prouesse pour une construction d’une telle ampleur. «Notre intervention a duré une année et a nécessité plus de six mille heures de travail. Nous avons employé une équipe de quatre salariés et les travailleurs en réinsertion sociale se sont occupés des travaux lourds, comme les tirages de câbles, l’installation des colonnes, la pose des chemins de câbles, etc.»

« Bien sûr, plus la date fatidique approche, et plus on nous demande de nouveaux équipements », sourit Didier Lamaire. « On commence par nous commander 10 points data qui passent finalement à 30. Mais la date d’échéance ne bouge pas. À nous de nous adapter! Cela fait partie du jeu. Mais nous devons aussi pouvoir compter sur notre fournisseur qui doit pouvoir nous livrer rapidement le matériel supplémentaire. Tout se passe toujours bien avec Legrand à ce niveau. Nous pouvons nous reposer sur la flexibilité et la réactivité de l’entreprise. »
« Nous travaillons avec Legrand sur de grands projets depuis sept ans environ », souligne Didier Lamaire. « Parmi les réalisations que nous avons menées en collaboration avec le groupe, il faut signaler l’usine de Procoplast à Lontzen, de même que le bâtiment de Média Sambre à Charleroi (RTBF). »

Collaboration avec le maître d'ouvrage

« Nous avons pu travailler main dans la main avec le maître d’ouvrage qui a écouté nos propositions », assure Didier Lamaire. « Nous avons également collaboré étroitement avec Legrand pour proposer les meilleures technologies en puisant dans son catalogue. C’est ainsi que nous sommes parvenus à proposer la solution des colonnes dans les bureaux pour amener le courant aux postes de travail. »

Dominique Brisbois, Key Account Manager chez Legrand, le confirme : « Le choix du meilleur produit nécessite toujours un dialogue étroit avec le client final. Il faut toujours un Tableau général basse tension (TGBT) mais pour aller plus loin, nous devons analyser les besoins du client. C’est de cette manière que nous avons conçu la solution des colonnes et des blocs multiprises. Et dans cette coopération, c’est toujours l’installateur, Lamaire en l’occurrence, qui joue le rôle d’ambassadeur de Legrand. »


Keyplayers

Didier Lamaire, Administrateur délégué Lamelec

Didier Lamaire
Administrateur délégué Lamelec

Olivier Lamaire, Administrateur délégué Lamelec

Olivier Lamaire
Administrateur délégué Lamelec

Dominique Brisbois, Key Account Manager Legrand

Dominique Brisbois
Key Account Manager Legrand